Faire un pas à la fois

Faire un pas à la fois

Pourquoi faire un pas à la fois?

Quelle est la montagne la plus facile à gravir? L’Everest ou le Mont Washington?

La réponse dépend de comment vous approchez la situation.

Les personnes s’attaquant à l’Everest prendront beaucoup plus de temps à se préparer. Ils sont conscients qu’une préparation physique, tout autant que mentale, est nécessaire, qu’ils devront se pratiquer sur des monts moins élevés, qu’ils auront besoin d’équipement spécialisé et que les situations d’urgences doivent être pensées, analysées, visualisées, et qu’ils devront savoir exactement quoi faire si telle situation se produit. Ils savent qu’une bonne préparation est la clé du succès.

De l’autre côté, ceux s’attaquant au Mont Washington peuvent voir l’aventure de façon beaucoup plus simpliste. Et particulièrement les gens en forme, confiants d’accéder au sommet sans trop de problème, qui négligeront l’étape de préparation. Ils sont habitués des montagnes, ils en ont grimpé bien d’autres, celle-ci est simplement un peu plus haute que les autres.

Pourtant, ces derniers risquent de frapper un mur bien plus tôt que ceux s’attaquant à l’Everest, simplement parce qu’ils auront sous-estimé la montagne, s’attaquant à un défi plus quand que leurs réelles capacités actuelles. Et qui d’après vous sera davantage déçu? Celui ou celle qui se sera attaqué à la montage avec le moins de préparation.

 

Faire un pas à la fois, pour mieux gérer nos peurs

Apprendre à gérer nos peurs est comparable au fait de grimper une montagne. Si le fait d’être entourés de gens vous effraie, et que vous vous présentez dans une salle comble de 400 personnes, il y a fort à parier que vous paniquerez et que vous regresserez face à cette peur en particulier. Vous préférerez peut-être commencer avec de petits groupes, du genre « Meet-up » dans un café du quartier, ou chez des amis. Vous devrez également vous préparer : comment pourriez-vous réagir? Quels émotions ou sentiments pourriez-vous ressentir? Quels pourraient être les éléments déclancheurs?

Essayez de focusser sur une chose seulement, et y aller un pas à la fois, chacun plus loin que le précédent, vous permettant ainsi d’apprendre, de vous améliorer et de vous sentir davantage libre.

T. Harv Eker a dit dans l’un de ses webinaires « Arrangez-vous pour gagner » (traduction libre de « Set yourself for success). Ça n’a pas d’importance si le prochain pas est si petit que vous n’avez pas l’impression de bouger : il sera plus facile à faire, vous permettant d’avoir l’impression de progresser, de faire quelque de différent, de construire en vous la confiance que, tel que exprimé par Obama, « Yes we can! »…. Oui vous le pouvez!

 

Faire un pas à la fois… pour moi aussi!

Je ne suis pas différente des autres. Et bien que plusieurs personnes m’ait dit que je semblais n’avoir peur de rien… oh boy… personne ne sait le nombre infini de peurs j’ai eu, et ai encore! Cependant, j’ai appris à les gérer, de façon à pouvoir avancer même si elles marchent à mes côtés.

Prenons cet article par exemple. C’est mon premier. Ma première publication sur comment apprendre à gérer ses peurs, comment mieux comprendre comment elles affectent notre vie quotidienne et comment changer à l’intérieur de nous, de façon à vivre dans un corps et un esprit libres. Ce faisant, je m’expose à la critique et au jugement. J’expose mes connaissance à l’analyse et aux commentaires d’autrui. J’expose mon âme et mes croyances aux opinions et croyances des autres. Qu’arrive-t-il si vous n’aimez pas mes écrits? Qu’arrive-t-il si vous n’êtes pas d’accord avec mes propos? Peut-être n’aimerez-vous pas mon choix de photos? Qu’arrive-t-il si je fais une erreur et suis dans le tort? (parce que personne n’est parfait) C’est ainsi que j’ai peur, peur de cette aventure.

Mais, à l’image de ce que j’ai fait enfant pour apprendre à marcher, j’avance un pas à la fois, exposant mes connaissances et mes pensées, voulant croire qu’elles pourront aider d’autres personnes à avancer dans la vie, et à se libérer de leur passé.

Et en écrivant ces mots, je m’ouvre à vous en toute honnêteté, de façon à vivre cette aventure en votre compagnie, avec votre support, et dans le but de vous aider.

Mon but n’est pas d’atteindre le sommet du mont Everest, mais il n’en est pas moins grand. Mon but est d’arriver à vous transmettre 30 ans d’expérience sur la gestion des peurs, de façon à ce que vous puissiez l’utiliser dans votre propre vie, atteindre vos buts, et vivre avec un corps et un esprit libres.

 

Êtes-vous prêts à embarquer dans cette aventure?

JE LE SUIS!

 

Catherine Blanchette-Dallaire, alias Farendole

 

Posted in: Gestion des peurs

Leave a Comment (1) ↓

1 Comment

  1. Richard juillet 24, 2015

    Très bel article. J’aime le fait que tu ne caches pas tes propres peurs et que tu montres ta vulnérabilité.

    Inspirant.

    reply

Leave a Comment